• (+32) 02 669 39 11

Blog

Dépendances : vue d’ensemble (2/3)

Concentration intense sur des substances ou des comportements : Les personnes souffrant d’une dépendance deviennent pathologiquement préoccupées par les drogues, l’alcool ou les comportements dangereux. Elles peuvent avoir l’impression que la dépendance a pris le contrôle de leur vie, car elles passent de plus en plus de temps à désirer, à obtenir et à penser à leur choix de dépendance.
Manque de contrôle : Elles peuvent avoir l’impression d’avoir perdu tout contrôle sur leur consommation de substances et se sentent souvent impuissantes. Elles se sentent souvent coupables, déprimées et/ou dépassées par leur dépendance et l’impact qu’elle a sur leur vie.
Problèmes personnels et de santé : Leur dépendance a souvent un impact sur tous les aspects de leur vie, y compris leur santé médicale, leur santé mentale, leurs relations personnelles et leur carrière. Ils sont souvent incapables de payer leurs factures et s’isolent volontairement de leurs amis et de leur famille. Ils ont souvent des expériences négatives avec le système judiciaire, y compris l’arrestation pour conduite d’un véhicule en état d’ébriété. Encore une fois, malgré la connaissance des effets néfastes de leur dépendance, ils ne peuvent pas arrêter de consommer.
Le sevrage : Les personnes ayant une dépendance éprouvent des symptômes de sevrage émotionnels et physiques lorsqu’elles cessent de consommer. Les symptômes physiques comprennent des tremblements, des sueurs ou des vomissements. Elles peuvent aussi devenir anxieuses, tristes ou en colère.

Quels sont les facteurs de risque de dépendance ?

Il n’y a pas de cause spécifique à la dépendance. De nombreux facteurs contribuent au risque d’une personne, et tout le monde peut développer un trouble lié à la consommation de substances.

Certains facteurs augmentent le risque, notamment

La génétique : Les troubles liés à l’utilisation de substances peuvent être hérités (transmis dans la famille). Si vous avez des antécédents familiaux de dépendance, vous êtes plus à risque de développer un trouble lié à l’utilisation d’une substance. Toutefois, cela ne signifie pas nécessairement que vous le ferez. Par exemple, la recherche de nouveauté et l’impulsivité sont des traits héréditaires souvent observés chez les personnes souffrant de troubles liés à la consommation de substances, mais cela ne signifie pas que vous développerez un trouble lié à la consommation de substances si vous avez ces traits.
Facteurs environnementaux : Une combinaison de facteurs liés au mode de vie et à l’environnement contribue également à l’apparition d’une dépendance. Ces facteurs comprennent la violence, la pauvreté, l’accès à des substances, la prise de drogues à l’adolescence et un stress ou un traumatisme extrême.
La consommation de drogues : Toutes les substances qui créent une dépendance (y compris les opioïdes) provoquent des changements dans le “centre de récompense” du cerveau. Ces changements font que la personne a besoin de plus en plus de drogues pour continuer à ressentir du plaisir. L’état de manque peut-être si fort que la drogue devient le principal centre d’intérêt. Certaines personnes sont affectées par ces substances plus que d’autres pour diverses raisons. Vous pouvez ignorer vos relations, vos responsabilités professionnelles et vos autres obligations.
Troubles de la santé mentale : Le trouble bipolaire, le syndrome de stress post-traumatique et la dépression s’accompagnent souvent de troubles liés à la consommation de substances. Les personnes souffrant de troubles de la santé mentale ont un risque accru de développer des troubles liés à la consommation de substances.
Être membre de la communauté LGBTQ : Les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les transsexuels courent un risque plus élevé de développer un trouble lié à la consommation de substances. De nombreuses personnes LGBTQ peuvent consommer des drogues ou de l’alcool pour faire face à la discrimination et à la violence.

Comment les dépendances sont-elles diagnostiquées ?

Pour diagnostiquer une dépendance, votre prestataire peut vous adresser à un psychiatre, un psychologue ou un conseiller en matière de drogues et d’alcool. Votre prestataire de soins vous posera (et éventuellement à vos proches)

des questions sur vos activités et vos habitudes de consommation de substances. Dites à votre prestataire si vous avez essayé d’arrêter de boire ou de prendre des drogues, et pourquoi. Dites-lui si vous avez eu des symptômes de sevrage physiques ou psychologiques lorsque vous avez essayé d’arrêter.

art therapie belgique